Dépôt de l’étude sur la résilience du système hydroélectrique du Slave Nord

Yellowknife, le 8 juin 2016 – Caroline Cochrane, ministre des Travaux publics et des Services, a déposé à la séance de l’Assemblée législative d’aujourd’hui l’étude sur la résilience du système hydroélectrique du Slave Nord.

Cette étude a été réalisée à la suite d’un engagement inscrit dans le mandat du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO). Cet engagement vise à mieux utiliser nos ressources hydroélectriques actuelles en explorant des solutions pour réagir à la baisse des niveaux d’eau dans le réseau hydroélectrique du Slave Nord.

Effectuée par Manitoba Hydro International, l’étude révèle que, dans l’ensemble, le réseau hydroélectrique du Slave Nord est une source d’énergie renouvelable fiable, en plus d’être l’option la plus économique, malgré les faibles niveaux d’eau observés et le recours au diesel comme solution de rechange au cours des deux dernières années.

Les principales recommandations du rapport sont :

  • Améliorer le contrôle hydrologique du réseau hydroélectrique du Slave Nord;
  • Analyser les options pour pallier le vieillissement des infrastructures du réseau hydroélectrique du Slave Nord;
  • Étudier des options permettant d’amoindrir le choc tarifaire qui découle des épisodes de faibles niveaux d’eau (p. ex. établir un fonds dédié à ces circonstances).

Citation

« Cette étude nous a démontré que le système hydroélectrique du Slave Nord est résilient. Au cours des années à niveau d’eau normal, le système hydroélectrique du Slave Nord produit un surplus d’énergie renouvelable qui répond aux besoins de Yellowknife, de Behchoko, de Dettah et de N’Dilo. Le GTNO a accepté les recommandations du rapport et a proposé des ressources pour tenir compte du contrôle hydrologique dans le budget de 2016-2017, lequel fait actuellement l’objet d’un débat à l’Assemblée législative. »

  • Caroline Cochrane, ministre des Travaux publics et des Services

Faits en bref

  • Le réseau hydroélectrique du Slave Nord produit normalement 95 % des besoins en énergie de la région, voire plus. Le faible niveau de l’eau en 2015 a fait en sorte que l’énergie a été produite à 45 % par du diesel et à 55 % par les centrales hydroélectriques.
  • Le GTNO a donné approximativement 40 millions de dollars en subventions à la Société d’énergie des Territoires du Nord-Ouest au cours des deux dernières années afin d’éviter les chocs tarifaires causés par la production d’énergie à partir de diesel.
  • En 2016, le niveau d’eau de la rivière Snare semble remonter, mais celui de la rivière Yellowknife demeure sous les normales. Juin est un mois critique pour l’analyse du niveau de chacun de ces réseaux hydrographiques.
  • Toute autre forme de production énergétique moderne (p. ex. énergie solaire, éolienne ou de biomasse) demeurerait inutilisée la plupart du temps, entraînant néanmoins une augmentation des tarifs et, du même coup, un fardeau financier indu pour la clientèle.

Liens connexes

Personne-ressource pour les médias

Andrew Livingstone
Conseiller principal aux communications du Conseil exécutif
Ministère de l’Exécutif
Tél. : 867-767-9140, poste 11091
Courriel : andrew_livingstone@gov.nt.ca