Minister and Education Board Chairs Meeting

Yellowknife, le 5 décembre 2016 – Le ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Formation Alfred Moses a rencontré les présidents des Conseils scolaires vendredi pour discuter de questions d’intérêt commun et pour planifier les activités à venir. Le ministre et les présidents se rencontrent généralement tous les six mois.

Les présidents ont soulevé diverses questions, y compris le financement accordé au programme de prématernelle; le report de nouvelles initiatives jusqu’à ce qu’on ait accès à des niveaux appropriés de financement et de ressources; le ratio élèves-enseignant; l’annulation du service d’équipe de soutien territorial proposé; et le financement des salaires des employés au coût réel.

Le ministre Moses a présenté aux présidents la réalité budgétaire du gouvernement des Territoires du Nord‑Ouest (GTNO) et a mentionné que ce dernier est actuellement en période de restrictions budgétaires. Beaucoup s’entendaient pour dire que le gouvernement traverse des temps difficiles, ce qui exige du système d’éducation d’être créatif pour maintenir la grande importance accordée à l’amélioration des résultats scolaires.

Les présidents des Conseils scolaires étaient préoccupés par la possibilité de subir d’autres réductions alors qu’on leur demande de mettre en œuvre le programme de prématernelle, qui, à leur avis, entraînera des coûts supplémentaires, comme le transport en autobus.  

Le ministre a annoncé que le GTNO investira 2 millions de dollars de plus dans le programme de la prématernelle. On a demandé aux Conseils scolaires de collaborer afin de libérer un total de 3 millions de dollars du financement actuellement accordé aux programmes de la maternelle à la 12e année, afin d’atteindre les 5 millions de dollars nécessaires. Le personnel du MÉCF a également précisé que dans le cadre de la mise en œuvre initiale, les élèves de la prématernelle ne seront pas inclus dans le nombre total d’élèves déterminant le financement alloué à l’intégration scolaire. Cela a permis de faire passer les coûts initiaux de mise en œuvre de la prématernelle de 6 millions de dollars à 5 millions de dollars.

Bien que les présidents appuient le programme de prématernelle, ils continuent de demander qu’il soit pleinement financé et se sont dits préoccupés par les répercussions sur les programmes offerts aux élèves si le financement n’est pas fourni au complet. Le ministre Moses a répondu qu’il demandera au personnel du MÉCF d’examiner à nouveau les coûts pour voir si d’autres économies ne pourraient pas être réalisées.

Les présidents ont également demandé de repousser les plans de mise en place d’une équipe territoriale d’experts en soutien, formée entre autres d’orthophonistes, de conseillers en traumatisme et de psychologues scolaires, et de ramener le financement de l’intégration scolaire au niveau de 2011‑2012. En effet, ils préfèrent se concentrer sur la mise en œuvre de la prématernelle, s’il s’agit de la priorité. Le ministre Moses dit comprendre les préoccupations des présidents et compte revoir les plans actuels.

Les présidents des Conseils scolaires ont exprimé le souhait d’améliorer la définition du ratio élèves-enseignant inscrite dans la Loi sur l’éducation; ce ratio est l’une des méthodes utilisées pour déterminer le financement pour des postes d’enseignant. Actuellement, le ratio élèves-enseignant aux TNO est de 13,4 pour 1, en comparaison à la moyenne canadienne de 13,8 pour 1, ce qui est bien en deçà du niveau prévu par la loi aux TNO, qui est de 16 pour 1.  

Les présidents ont également demandé au ministre qu’il envisage de financer le salaire réel négocié pour les employés ainsi que les coûts des avantages sociaux, notamment les coûts relatifs aux enseignants occasionnels et suppléants pour l’ensemble du personnel. Le ministre a précisé que la formule de financement correspond à celle de tout le GTNO et que bien qu’il en fera l’examen, il doit respecter les politiques et procédures du gouvernement dans son ensemble.

De plus, les présidents des Conseils scolaires ont reçu une série de mises à jour sur les initiatives, comme le Cadre sur les langues autochtones et la Directive sur l’enseignement des langues et de la culture autochtones, l’intégration scolaire, le Cadre sur l’apprentissage et le développement de la petite enfance, le cheminement des élèves du secondaire et l’obtention de leur diplôme, ainsi que le cadre de responsabilisation (maternelle à 12e année). 

« Nous avons eu une rencontre très productive remplie de discussions positives, a déclaré le ministre Moses. Il n’y a aucun doute que nous avons tous le bien-être et la réussite des élèves et des enseignants à cœur. Nous avons trouvé beaucoup de terrains d’entente, mais nous devons être conscients de la différence entre ce que nous devons faire et ce dont nous avons les moyens. Nous devons être attentifs à la situation budgétaire du gouvernement et progresser de façon créative pour améliorer la réussite scolaire. Je crois que nous formons une solide équipe et que nous pouvons travailler ensemble pour faire du système d’éducation le meilleur qui soit. »

« Les présidents des Conseils scolaires sont heureux du ton positif de cette rencontre, a déclaré le président de l’ASCT, Ted Blondin, au nom des présidents des Conseils scolaires. Nous avons convenu que nous pouvons atteindre tous nos objectifs en collaborant et que nous devons nous assurer de maintenir les élèves au centre de nos préoccupations. »

La prochaine réunion aura lieu le 28 avril 2017.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :

John Stephenson
président de YK1
867-766-5050
john.stephenson@yk1.nt.ca.

Jacqueline McKinnon
Gestionnaire des relations publiques
Ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation
867-767-9346, poste 71073
jacqueline_mckinnon@gov.nt.ca.