Catherine Ardiles

Titre du poste

Infirmière enseignante et mentor

Ministère

Ressources humaines Soutien au recrutement

Nombre d’années au GTNO

6 ans

Formation

Infirmière autorisée, baccalauréat ès sciences, Université de Victoria
Formation continue dans divers domaines des soins infirmiers et de l’enseignement

Quel est votre rôle au sein du GTNO?

Il s’agit d’un rôle assez unique : je travaille à la fois pour le Ministère de la Santé et des Services sociaux et pour l’Administration de santé territoriale Stanton. Ma tâche principale est de faciliter la transition des infirmiers diplômés dans leur lieu de travail, à l’Hôpital Stanton de Yellowknife, au moyen de services d’orientation, de mentorat et de soutien au perfectionnement professionnel. Je travaille également en collaboration avec d’autres infirmiers enseignants et mentors pour m’assurer que chaque collectivité des TNO puisse compter sur les soins d’un infirmier diplômé. L’objectif est de permettre aux infirmiers d’intégrer sans difficulté le marché du travail, afin de créer et de conserver aux TNO un effectif infirmier solide. Les programmes et services que nous proposons accroissent et améliorent la confiance des nouveaux infirmiers ainsi que leurs compétences dans un environnement clinique. Je collabore également avec le personnel du département de formation et de perfectionnement professionnels de l’Hôpital Stanton dans le but de favoriser le perfectionnement professionnel de tous les infirmiers, de coordonner et d’offrir des cours et des certifications en milieu de travail, et d’assurer la sensibilisation aux pratiques exemplaires afin de rehausser les connaissances, les compétences et les habiletés du personnel infirmier.

Comment le GTNO a-t-il soutenu votre avancement et votre perfectionnement professionnels?

Je ne sais pas par où commencer pour décrire toutes les ressources mises à la disposition des résidents des TNO. De nombreux programmes y sont offerts, notamment des prêts aux étudiants, des bourses ou des réductions de loyers. Je ne suis pas certaine que l’exonération du remboursement des prêts en échange d’une promesse de retour de service existe dans d’autres provinces. En fait, si le GTNO n’offrait pas tous ces services, je ne serais peut-être pas retournée aux études, et je ne serais peut-être pas restée après l’obtention de mon diplôme. C’est la combinaison de ces deux facteurs qui m’ont permis d’entreprendre une nouvelle carrière et de m’établir aux TNO pour poursuivre mes études. Chaque année, le gouvernement offre également aux infirmiers des fonds pour ce perfectionnement professionnel, afin de les aider à se tenir à jour dans leur pratique ou d’acquérir de nouvelles compétences. Grâce à ces fonds, j’ai pu me perfectionner de nombreuses façons et dans de nombreux domaines. Par exemple, je suis en ce moment un cours en leadership, et ce que j’y apprends me sera bien utile dans mon poste actuel. Je prévois aussi commencer ma maîtrise l’année prochaine, tout en continuant à travailler à temps plein. J’espère que les résidents des TNO, surtout les élèves du secondaire, se rendent compte de la chance qu’ils ont de pouvoir poursuivre des études postsecondaires et d’avoir droit à des prêts étudiants qu’il leur faudra peut-être rembourser en partie seulement. J’ai des amis dans les Maritimes qui ont obtenu leur diplôme il y a 20 ans, et qui n’ont toujours pas fini de rembourser leurs prêts!

Pourquoi aimez-vous travailler au GTNO?

J’aime vraiment les soins infirmiers et l’enseignement, et mon emploi au sein du GTNO me permet de concilier les deux. Je bénéficie de soutien et d’occasions de faire progresser ma carrière dans un milieu de travail stimulant. En effet, le champ d’activités qu’exige mon poste peut être imposant et exige une expertise dans plusieurs domaines. Mon employeur favorise la formation nécessaire pour rester au courant des pratiques exemplaires et développer les compétences essentielles pour enseigner à des groupes et des individus, ou les diriger.

Que recommanderiez-vous à un postulant au GTNO?

Trouvez le poste qui vous intéresse, préparez-vous adéquatement et n’hésitez pas à poser votre candidature, car le GTNO a de nombreuses occasions professionnelles à offrir. En effet, travailler au sein du GTNO est aussi stimulant que valorisant. De plus, les avantages sociaux y sont excellents pour les employés et leur famille. Mes quelques années de travail au GTNO se sont révélées très enrichissantes, et je suis impatiente de voir ce que l’avenir me réserve.

De quelle façon croyez-vous que votre travail a une incidence positive sur la vie des Ténois?

Comme je le mentionnais précédemment, le GTNO offre de nombreux programmes favorisant la formation. Ma principale tâche en tant qu’infirmière enseignante et mentor est de faciliter l’intégration d’infirmiers diplômés dans les établissements de santé ténois. C’est formidable de pouvoir bénéficier du programme de placement à l’intention des nouveaux diplômés, qui leur permet, du moins pendant leurs trois premiers mois de travail, de bénéficier de mon soutien et de celui d’autres infirmiers de leur unité. En effet, des études ont montré que faute de soutien, certaines nouveaux diplômés mettent fin à leur carrière d’infirmier. Il est important d’inciter nos infirmiers diplômés à rester aux TNO, et tout ce qui peut les convaincre est une bonne chose (tant pour les infirmiers que pour les patients).

Quel est votre parcours et dans quelles circonstances avez-vous commencé à travailler au GTNO?

En janvier 1992, j’ai quitté l’Île-du-Prince-Édouard pour m’établir à Yellowknife. Alors que j’étais initialement venue pour une visite d’un mois, je suis finalement restée. J’ai travaillé longtemps dans le milieu de la restauration et de l’hôtellerie avant de retourner aux études au Collège Aurora. En 2003, je me suis inscrite au programme de sciences infirmières et en 2007, j’obtenais mon diplôme. À l’époque, je ne savais pas très bien où je souhaitais travailler; je songeais à partir à l’étranger. Mais comme les promesses de retour de service proposées constituaient un incitatif alléchant pour que je reste aux TNO, c’est ce que j’ai fait! En 2007, j’ai commencé ma carrière en soins infirmiers à l’unité de médecine, avant d’être transférée en mars 2011 au poste d’infirmière enseignante et mentor (ministère des Ressources humaines, soutien au recrutement). Je continue par ailleurs de travailler à l’unité de médecine, car je dois me tenir à jour et rester en contact avec le personnel de première ligne; c’est un aspect important du rôle des enseignants.