Frank Lepine

Titre du poste

Gestionnaire de la lutte contre les incendies Ministère

Ministère

Environnement et Ressources naturelles Division de l’aménagement des forêts

Nombre d’années au GTNO

27 Years

Formation

Diplôme en ressources renouvelables, Collège de l’Arctique (1984)
Baccalauréat ès sciences en foresterie, Université Northern British Columbia (2001)

Quel est votre rôle au sein du GTNO?

J’assure la gestion et la coordination d’activités et de réponses liées aux incendies forestiers aux TNO, à partir du centre d’opérations de la Division de l’aménagement des forêts, à Fort Smith. Ma tâche principale est d’assurer que le personnel, l’équipement et les avions soient prêts en vue de la saison des incendies, ce qui comprend les contrats, les procédures opérationnelles, la formation et les autres processus importants. Mais je n’assume pas toutes ces responsabilités seul : je fais partie d’une grande équipe dynamique, composée de collègues de la division et d’autres employés répartis dans le Nord. Je suis donc chargé de diriger cette équipe. De plus, notre division des TNO fait partie d’un effort national et international qui offre des ressources pour combattre les incendies (personnel, équipement et avions) au Canada et aux États-Unis. Nous avons été appelés à nous rendre aussi loin qu’en Oregon vers le sud, et au Québec vers l’est.

Comment le GTNO a-t-il soutenu votre avancement et votre perfectionnement professionnels?

Absolument. Le GTNO m’a offert d’excellentes occasions de perfectionner ma formation.

Dans quelles circonstances avez-vous commencé à travailler au GTNO?

J’ai commencé ma carrière comme pompier en 1981, dans le cadre du Programme des affaires du Nord. Puis, en 1982, j’ai eu la chance de participer au Programme de technologie des ressources renouvelables au Collège de l’Arctique (maintenant le Collège Aurora), grâce au Programme des carrières du Grand Nord. J’ai travaillé comme gestionnaire de la base, puis comme agent forestier pour le Programme des affaires du Nord, au gouvernement fédéral. En 1987, comme la responsabilité du programme a été déléguée au GTNO, de nombreux employés ont été mutés. Au fil de ma carrière, j’ai occupé les postes d’agent des ressources renouvelables, de forestier et, depuis 2003, celui de gestionnaire.

Pouvez-vous nous raconter une anecdote de travail intéressante au sein du GTNO?

J’en aurais plusieurs à conter, par exemple sur la chasse aux ours au centre-ville de Fort Smith, la lutte contre les incendies alors que des collectivités étaient menacées, ou la rencontre avec des leaders de la collectivité à propos des conséquences des incendies forestiers sur les valeurs humaines. Je peux dire que de travailler dans ce domaine et pour le GTNO, c’est extrêmement intéressant et très stimulant.

Que recommanderiez-vous à un postulant au GTNO?

Commencez par réussir vos études, car la concurrence est forte pour certains emplois. Et si vous ne réussissez pas du premier coup, ne baissez pas les bras : travailler pour le GTNO est très enrichissant.

De quelle façon croyez-vous que votre travail a une incidence positive sur la vie des Ténois?

Nous procurons beaucoup d’emplois saisonniers un peu partout dans le Nord, alors que dans les petites collectivités, les possibilités professionnelles se font parfois rares. De plus, une grande partie du travail est effectué sur place, ce qui peut être très intéressant pour ceux qui aiment travailler dans la nature, loin des collectivités, ou qui n’ont pas vraiment l’occasion d’aller sur le terrain.